Financement des transports publics en baisse, gaspillage en hausse

A Bordeaux, comme dans toutes les autres villes de France, l'équilibre budgétaire des transports publics est de plus en plus difficile, et la contribution des collectivités locales augmente régulièrement, alors même qu'elles doivent faire face à des baisses importantes des dotations de l'Etat, leur principale source de financement.

Faute de moyens, les autorités organisatrices réduisent l'offre de transport, alors que les Français n'ont jamais eu autant d'appétence pour les transports publics.

A Bordeaux, on gaspille allégrement l'argent public, en ouvrant des extensions de tramway où il n'y a quasiment personne ( Pessac-Alouette), et en dépensant trois fois plus que de besoin pour aménager un tramway, plutôt qu'un tram'bus, vers Eysines : et ce n'est là qu'un exemple parmi beaucoup d'autres.

Le risque de cette politique de prestige, en gaspillant l'argent public, c'est de ne plus pouvoir satisfaire les besoins de la majorité des usagers du réseau.

Article8 1Article8 1 (1.54 Mo)

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire