Tram train du medoc conférence de presse

Tram train du medoc conférence de presse

 Communique de presse du 21 janvier

TRAM-TRAIN du Médoc, L’HEURE DE VERITE

24 janvier 2014, 14h30 au tribunal administratif

Voila 18 mois, le 15 juin 2012, TRANS’CUB demandait, au tribunal administratif l’annulation de la déclaration de l’utilité publique du TRAM-TRAIN du Médoc. Mais, aucune date de jugement n’est prévue. TRANS’CUB a donc demandé en référé la suspension de la déclaration d’utilité publique. L’audience est prévue le 24 janvier à 14h30. La décision est attendue dans les jours qui suivent.

Le but est de contraindre la CUB à demander aux entreprises de ne pas engager les travaux de pose des voies et des équipements ferrés prévus à partir du mois de février 2014.

En effet, si ces travaux qui doivent durer jusqu’à fin 2015 étaient engagés, le jugement qui conclurait entretemps à l’annulation de la déclaration d’utilité publique, créerait une situation juridique inextricable, préjudiciable à de multiples intérêts. Elle impacterait les relations contractuelles entre la CUB et les entreprises qui auraient commencé les travaux, mais aussi les riverains et les usagers qui subiraient les désagréments liés à l’arrêt de ces travaux, et encore les contribuables qui supporteraient les surcoûts qui en résulteraient.

Il y a donc intérêt à ce que la déclaration d’utilité publique soit suspendue.

Telle est la raison du référé suspension.

L’ESSENTIEL sur le soi-disant TRAM-TRAIN du Médoc : un incroyable gaspillage !

Il doit être arrêté dans l’intérêt de tous : usagers et contribuables

Ce soi-disant tram-train a été fortement et de multiples fois contesté par de nombreux élus, A.JUPPE lui-même ne justifiant sa réalisation que parce que c’était « un coup parti » !

Le projet est intitulé faussement « TRAM-TRAIN du Médoc » car ce n’est pas un tram-train et il ne desservira pas le Médoc. C’est seulement un tramway qui s’arrêtera à Blanquefort.

1. Il serait INUTILE : très peu d’usagers l’utiliseraient : un bus standard suffirait.

2. Il serait COUTEUX : son coût est passé en 3 ans de 57 M€ à 104 M€ (les 2/3 du coût du pont levant).

3. Il serait NOCIF : il n’y aurait plus d’argent pour faire face aux priorités, comme aménager les cours et les boulevards, desservir Caudéran et St Médard en Jalles, etc, là où il y a beaucoup d’usagers.

Sa déclaration d’utilité publique est fondée sur des augmentations irréalistes de l’usage des transports collectifs, trois fois supérieures au résultat obtenu dans le passé. Avec 44km de tramway réalisés là où il y avait beaucoup d’usagers, il y a eu 30 millions de voyages en plus en 10 ans (2000-2010). Or, avec moins de tramway (33km) réalisés en périphérie, là où, à l’inverse, il y a peu d’usagers, il est prévu 3 fois plus de voyages gagnés : 100 millions en 10 ans (2010-2020). C’est invraisemblable !

Alors que les projets ferrés tel le soi-disant tram-train pèsent lourdement sur la dette publique qui doit être impérativement réduite, et que le Président de la République vient d’annoncer sa décision « forte et essentielle » de « réduire la dépense publique », le projet de soi-disant tram-train doit être arrêté dans l’intérêt de tous : usagers et contribuables.

« On peut gaspiller l’argent public dans la dépense d’investissement aussi facilement que dans la dépense de fonctionnement, et on ne s’en prive pas. »

(Rapport « TRANSPORTS ET DETTE PUBLIQUE » du CERCLE DES TRANSPORTS)

Contacts : J. DUBOS, 06 45 24 63 95 ; D TEISSEIRE : 06 79 71 50 59

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Vous devez être connecté pour poster un commentaire

Date de dernière mise à jour : 23/01/2014